Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  
Le forum est ouvert, les inscriptions peuvent débuter et l'annonce sera fini bientôt !

Partagez  | 
 

 je t'en pris aime, dis a l'amour que tu m'aimes | Chase

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Sanaa Jolie -  & ces amours ♥
avatarSanaa L. Donaldson
Sanaa Jolie - & ces amours

✗ En Messages : 189
✗ Ici depuis : 28/11/2009
✗ Ton Age : 24

En savoir plus sur moi
✗ Ce qu'il y a à dire sur moi:
✗ Dédicaces:

MessageSujet: je t'en pris aime, dis a l'amour que tu m'aimes | Chase   Jeu 18 Fév - 23:08

    L'amour n'est pas l'amour s'il faner lorsqu'il se trouve que son objet s'éloigne. Quand la vie devient dure quand les chose changent, seule le vrai amour reste inchangé. Cette phrase sonnait tellement vrai pour moi. J'ai passé par tellement d'étapes depuis deux ans, d'abord un espoir, puis un divorce finalement annulé et maintenant le bonheur retrouvé. Soyons sérieux, le vrai bonheur n'existe pas, il est éphémère et ne dure jamais. Certes, pour le moment je suis heureuse mais je ne pense pas que ceci va durer, rien ne dure. Je pense que la personne ayant inventée ce mot devait être perturbé ou dans une fin de vie ou alors être tomber tellement bas qu'il devait penser qu'avant il était plus ou moins bien dans sa vie. Mais bonheur ne veux absolument rien dire. Personne n'ai jamais comblé assez, personne n'ai jamais heureux a 100%.
    Beaucoup de choses se sont passé depuis deux ans, je me suis installée a San Francisco que je quitte quelque fois quand le devoir m'appelle. Je n'habite pu seule désormais et j'ai changé de quartier, j'habite avec Chase Stewart mon mari et oui finalement nous somme resté marié. Comme on le dit : «  il n'y a que les imbéciles, qui ne change pas d'avis ».Cependant, je n'ai point changé de nom de famille, j'ai gardé Donaldson qui est aussi mon nom de scène, mon pseudonyme de mannequin. Je trouve en réalité qu'il n'y a aucun intérêt a changer de nom, que je m'appelle Stewart ou autre je serais toujours sa femme, alors autant garder celui avec lequel je suis née. Je me souviens comme si c'était hier ce jour ou il ma finalement demandé de rester sa femme.

Flash Back on :

    Une pluie torrentielle venait de s'abattre sur San Francisco. Je sortais du supermarché et je rentré chez moi, c'est alors qu'arriver et entrain de déballer mes courses en faisant quelques aller retour jusqu'à mon coffre, je trouvais Chase, appuyer sur ma voiture, m'attendant je pense :

    SANAA — «  Que fais tu ici, Chase ? »
    CHASE — «  Sanaa excuse moi, mais je ne veux pas ... »
    SANAA — «  Tu ne veux pas quoi ? »
    CHASE— «  Je ne veux pas te perdre, une nouvelle fois. Je sais, je suis indécis mais j'ai compris qu'en réalité. Je voudrais que Sanaa Donaldson reste ma … ma femme ».

    Ces quelques mot avait suffit pour me faire craquer, des larmes avait coulé et tout avait changer, nous avions pris un nouveau départ qui nous a mener ici aujourd'hui.

Flash Back off :

    Aujourd'hui, une brume c'était déposée sur San Francisco, on ne voyait rien, même le ciel nous paraissait tellement loin que même la personne la plus grande de ce monde ne pouvait l'atteindre. J'étais déjà debout depuis un moment, Chase dormait encore au premier quand a moi, je … je m'occupait de la maison. C'est assez étrange, voyez vous, nous n'avions point de femme de ménages ou de bonnes. La vaisselle de la vieille était faites, le sol était propre quand au vêtement, lavé et repassé. J'avais pris mon petite déjeuner et m'était doucher, un peignoir blanc écru sur moi, je remontais voir ou en étais mon mari dans sa triste de vie, surtout voir s'il était enfin réveille. A ma grande surprise, il dormais encore, je m'approchais s de lui m'allongeait au dessus des couettes mais a coté de lui et l'embrassa tendrement afin qu'il se réveille.

    SANAA — « Chase chéri, réveille toi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▌CHASE being flawless is itself a flaw
avatarChase A. Stewart
▌CHASE being flawless is itself a flaw

✗ En Messages : 377
✗ Ici depuis : 22/11/2009
✗ Ton Age : 28
✗ Ton Quartier : Forest Hill
✗ Mon Job : Célèbre écrivain de best sellers

En savoir plus sur moi
✗ Ce qu'il y a à dire sur moi:
✗ Dédicaces:

MessageSujet: Re: je t'en pris aime, dis a l'amour que tu m'aimes | Chase   Ven 19 Fév - 12:28

    Je n'avais jamais su ce qu'était l'amour, à vrai dire. J'avais passé 21 années à jongler entre les filles et pourtant, à présent, je me trouvais dans une relation plus que sérieuse. A vrai dire, le faux mariage était devenu vrai mariage, et tout avait réellement changé dans ma vie. Ma femme ? Non, pas cette inconnue que j'avais rencontré dans un bal et que j'avais cru, pendant un moment, être la femme de ma vie. Non, j'étais avec Sanaa, la grande mannequin, et j'étais Chase, le grand écrivain. Nous allions bien ensemble, finalement, malgré tous les petits soucis de début d'aventure. Je me souvenais encore de nos disputes à propos du divorce ou du non divorce, de nos moments où il n'y avait juste rien dire, et les moments où nous apprîmes à nous connaître. Une femme uniquement superficielle, juste parce qu'elle était mannequin ? Non, ce n'était pas Sanaa. J'avais vu la bonté dans son cœur et le mien avait littéralement explosé, comme une bombe avec un détonateur, sauf que je n'avais pas les chiffres devant moi pour surveiller l'arrivée de tous les sentiments. J'étais lunatique comme personne, mais cette fois j'avais fait fort. Je voulais divorcer, et le lendemain, je l'aimais à la folie, et pour l'instant, cela ne semblait pas prêt de s'arrêter. Bien sûr il y avait des petites disputes de couple, mais nous ne tombions pas dans la routine d'autres. Ayant tous les deux des métiers qui exigent des temps seuls ou des voyages, nos retrouvailles étaient toujours émouvantes et pleines de passion. Oui, la passion, ma passion pour l'écriture qui faisait maintenant mon revenu, et la passion qui dévorait mon âme pour la petite Sanaa Donaldson. Nous avions renouvelé nos vœux pour que le faux devienne le vrai mariage et j'étais sur un petit nuage. Qu'est-ce qu'il pouvait nous arriver, maintenant ?

    Je n'étais pas vraiment endormi, à vrai dire. Connaissez vous cet état entre sommeil et éveil; où vous vous demandez si les choses qui se passent sont vraiment réelles ou pas ? Eh bien voilà. J'étais semi-comateux dans mon lit, et alors que Sanaa se levait pour faire je ne savais quoi, je restais au chaud sous la couette. J'étais passé de lève tôt à lève tard dès que j'avais commencé à écrire des romans professionnellement, car j'écrivais le mieux la nuit et qu'il fallait absolument que je récupère pour reprendre le lendemain. Je m'étais mis en « congés » moi même pour une semaine, histoire que les idées germent dans mon esprit pour mon nouveau livre, dont le plan se faisait attendre par mon éditeur. Et finalement, alors que j'étais les yeux fermés, prêt à repartir au pays de Morphée, ma femme ne fit rien de mieux que de m'embrasser sur la bouche, surement parce qu'elle pensait que j'étais endormi.

      SANAA « Chase chéri, réveille toi ! »


    Je restais dans la position que j'avais prise plusieurs instants et me relevais rapidement pour l'embrasser, à la différence de la douceur du premier baiser, passionnément, et lui adresser un de mes sourires en coin qui énervaient beaucoup de personnes. Mais là, ce n'était pas pour me moquer, c'était juste qu'elle était .. parfaite. Qu'ajouter de plus ? Je ne nous voyais pas nous séparer ou quoi que ce soit, et nous voyais déjà grand père et grand mère dans leurs petits fauteuils en train de discuter comme d'habitude. Je lâchais ses lèvres après un long moment, caressais un moment sa joue et sortais de mon lit, habillé seulement d'un caleçon. Je me passais une main dans les cheveux et soupirais.

      CHASE « Dommage que tu te sois déjà douchée, il y avait largement la place pour deux »


    Je lui souriais et allais dans la salle de bain sans entendre ce qu'elle me répliquait. Douche, brossage de dents, etc .. et je choisissais mes habits. Mon dressing était un peu un grand foutoir parce qu'il n'y avait personne pour ranger derrière moi et que je n'étais pas une fée du logis. Je prenais une chemise, un nouveau caleçon (tout de même) et un jean et m'habillais. J'avais fait ça extrêmement rapidement, pour pouvoir retourner auprès de Sanaa. Elle était toujours sur le lit, alors je m'affalais en face d'elle.

      CHASE « C'est vrai que tout de suite, habillé, je suis moins sexy. »


    Je rigolais tout seul et lui donnais un baiser sur le nez avant de prendre un air rêveur. Il y avait une question qui me brûlait les lèvres depuis longtemps et que je n'osais poser. Finalement, je me lançais.

      CHASE « Tu aimes les enfants ? »


    Bon d'accord ce n'était pas ce que je voulais vraiment poser mais une alternative qui allait bien. Il fallait y aller en douceur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanaa Jolie -  & ces amours ♥
avatarSanaa L. Donaldson
Sanaa Jolie - & ces amours

✗ En Messages : 189
✗ Ici depuis : 28/11/2009
✗ Ton Age : 24

En savoir plus sur moi
✗ Ce qu'il y a à dire sur moi:
✗ Dédicaces:

MessageSujet: Re: je t'en pris aime, dis a l'amour que tu m'aimes | Chase   Ven 19 Fév - 20:26

♀ + ♂ = ♥️

    Auparavant, je n'avais jamais compris le sens du mots amour, personne ne me demandait mes conseils sur ce thème. Avoir un petit ami ne rimait presque a rien pour moi, tout d'abord a cause de mon métier de mannequin, avec tout mes voyages pour les campagnes, je ne pouvais avoir de relation stable, elles duraient toute maximum un jour, ou deux pas plus. Ensuite, je n'en voyais vraiment pas l'internée. Pour mes amis j'était celle sur qui on pouvais pleurer quand on se faisait quitter, manger des pots de glaces pendant des heures, regarder des vieux films pour se soulager. J'aimais beaucoup ces soirées la, surtout quand elle me donnait raison, les mecs sa sert a rien a part a faire plaisir. A 22 ans maintenant, j'ai compris enfin je crois avoir compris ce que voulais dire amour. L'amour c'est faire passer le bonheur de l'autre avant le sien, de donner la possibilité a l'autre de vous faire souffrir. Maintenant, j'étais prête a aimée et a être aimée, et j'avais confier cette lourde responsabilité a Chase, le bon enfin je crois que c'est le bon. On est passé par beaucoup d'étapes et je pense que nous sommes arrivé au bonne endroit, n'oublions pas, le bonheur n'existe pas, il est juste un espoir qui nous détruit au fur et a mesure des jours, on est jamais quasiment heureux, il nous manque toujours un petit quelque chose, qui pourrait changer toute la donne. Je me demande tout les jours si notre amour sera éternelle, ou pas. Mais qu'est ce qui pourrait m'arriver en ce moment ? A coté de Chase, je me sentais en sécurité et je crois que je le suis, je me sens vivante et utile dans mes moindres fait et geste. Il ne me considère pas comme Sanaa la mannequin mais comme Sanaa Donaldson-Stewart, sa femme a part entière.

    Enfin, il était enfin réveille après plus de cinq minutes a l'attendre. Même au réveille il était magnifique, la chose était sure, maintenant je ne laisserais personne prendre ma place, c'est la mienne et je dois rester à coté de lui. J'aime tout chez lui, sa façon de m'embrasser comme il vient de le faire pour mon plus grand plaisir, son petit sourire qui énerve tellement de personne mais qui moi me fais craquer, ces yeux si magnifique, son teint, sa bouche, son corps … il est parfait. J'espère, dans mes rêves les plus fou, nous sommes dans notre villa dans la montagnes, tout deux devant la cheminée entrain de regarder un vieux film, deux gros pull polaire, une tasse de thé et plein de ride sur nos peau, deux vieilles personnes qui ont passé toute leur vie ensemble pour ce dire a la fin : Je t'aime ! Nous aurions respecter nos vœux si cela ce produisait, il me l'avais promis deux fois : a la vie, a la mort. Le voir se levait du lit, tout les matins en caleçon, c'était mon plus beau paysage vous pouvez me croire.

    CHASE « Dommage que tu te sois déjà douchée, il y avait largement la place pour deux »

    Je souriais, avec mon plus jolie sourire, il n'y a que lui qui ai pu le voir. J'aimais sa façon franche et romantique de dire les choses, cette phrase était très classe avec de petits sous entendue qui allait dans tout les sens. Me retournant pour le voir une dernière fois avec qu'il rentre dans la salle de bain, j'avais vu sur ces magnifique fesses, bien musclé et si parfaite comme lui.

    SANAA «  Tu te lèverais plutôt, peut-être que nous pourrions prendre notre douche ensemble chéri »

    Il était entrer dans notre salle de bain principal, j'entendais l'eau coulé et j'imaginais très bien l'eau coulé doucement sur sa peau, il devait être drôlement sexy. Le temps qu'il prenne sa douche, je descendis en bas, pris deux café, un avec deux sucres pour monsieur et un avec de la crème et deux sucres pour madame. Je remontais l'escalier avec soins de ne pas m'en foutre partout, je devais rester classe en toute circonstance, revenue dans la chambre, je posais sa tasse, sur sa table de chevet sois de son coté du lui. Au bout d'une vingtaine de minutes, il décidait enfin de faire son entrée, toujours aussi beau, il s'affalait a coté de moi et je lui donnait un baiser plein de passions et d'amour.

    CHASE « C'est vrai que tout de suite, habillé, je suis moins sexy. »

    Comment pouvez t-il dire sa ? Chase était toujours sexy, même s'il portait la tenue la plus affreuse de ce pays il serait magnifique. De toute manière, personne ne pouvais être plus beau que lui, il était la 8iéme merveille du monde, beau grand fort et appartenant a Sanaa. Comme d'habitude, il rigolais tout seule pour sa phrase me donnant un baiser sur le nez, j'ouvris ma bouche et répliquais :

    SANAA «  Et ta connerie, elle est sexy elle … ! T'es beau quand tu souris.T'es beau tout le temps.T'es beau même quand tu ris.Et qu'on voit tes dents.T'es beau quand tu rougis.T'es beau en toutes circonstances.T'es beau même quand tu fais une blague pourrie en plein dans un silence.T'es beau quand tu dors.T'es beau quand tu ronfles.T'es beau, c'est ça qu'est fort, Même quand tu m'gonfles.T'es beau mal réveillé.T'es beau et je te jure.Que t'es beau même quand t'as été coiffée par tes couvertures »

    J'aimais ma phrase, je n'avais pas tout dit pour lui épargner un monologue ennuyeux et sans utilité mais j'espère qu'il a compris maintenant. Buvant, un peu de mon café, Chase ma parut comment dire, dans ces pensés pendant un cours instant mais a quoi il pouvait bien penser alors que j'étais en train de lui parler, je me demandais vraiment mais je préférée le laisser réfléchir pendant un instant. Surtout qu'il devait encore penser a un de ces romans en cours d'écriture de toute manière, il ne pense qu'a sa, jour et nuit. Soudain, le son de sa voix ressurgit et ...

    CHASE « Tu aimes les enfants ? »

    Sa soudaineté me choquais dans un premier instant, me demandait sa était plutôt étrange je pense qu'il savait déjà la réponse mais apparemment, il ne devait pas en être sur a cent pour cent. Réfléchissant pendant un instant, je conclue que je devais être franche.

    SANAA « Si j'aime les enfants ... ! Je ne sais pas vraiment, j'ai vécu seul en tant que fille unique. Je ne connais qu'une seule enfant ma nièce Nancy. Alors franchement je ne sais pas quoi te répondre »


Dernière édition par Sanaa L. Donaldson le Sam 20 Fév - 22:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▌CHASE being flawless is itself a flaw
avatarChase A. Stewart
▌CHASE being flawless is itself a flaw

✗ En Messages : 377
✗ Ici depuis : 22/11/2009
✗ Ton Age : 28
✗ Ton Quartier : Forest Hill
✗ Mon Job : Célèbre écrivain de best sellers

En savoir plus sur moi
✗ Ce qu'il y a à dire sur moi:
✗ Dédicaces:

MessageSujet: Re: je t'en pris aime, dis a l'amour que tu m'aimes | Chase   Ven 19 Fév - 22:52

♀ + ♂ = ♥️

    Quand j'étais à ses côtés, mon cœur s'emballait, comme pour les adolescents qui découvraient le premier amour. J'étais un adolescent maintenant, en quelque sorte. A cause des problèmes de ma mère, je n'avais jamais eu l'opportunité de vivre normalement lors de mon enfance et plus tard, et il fallait bien que je recrée quelque chose de réel dans ma vie d'aujourd'hui. Et elle était là, la personne la plus douce et gentille du monde, la personne la plus drôle et la plus .. tout simplement parfaite à mes yeux, Sanaa. Oui, pour moi, elle était parfaite, et je me fichais de toutes les critiques négatives qu'il pouvait y avoir à son égard. Ils ne savaient pas qui elle était, moi si, et de toute façon, il n'y avait que très peu de personnes qui ne l'aimaient pas. J'avais fait partie de ces personnes durant quelques minutes, à vrai dire, lors de notre première et notre seconde rencontre, mais ça s'était apaisé pour partir à l'opposé total à la fin du jeu. Mais ce n'était plus un jeu maintenant, c'était une vie. Nous habitions ensemble, nous connaissions les petits secrets de chacun .. Ou presque. Je ne lui disais pas tout ce qui me passait par la tête, car j'avais peur qu'elle .. eh bien, qu'elle prenne peur. Qu'elle embarque la valise et fourre ses affaires dedans pour partir habiter chez l'une de ses amies je ne sais où, ou repartir en Angleterre, par exemple. J'étais assez paranoïaque comme type, et c'était pour ça que je voulais apporter le sujet avec douceur et .. humour ? L'humour passait toujours avec moi, aussi pourri et aussi cliché qu'il pouvait être. Elle souriait, au moins, et c'était pour moi le plus beau des sourires au monde.

    Alors que j'étais assis sur le lit en sa compagnie, je remarquais la tasse de café sur ma table de chevet. Je n'aimais pas vraiment ça mais cela m'énergisait pour la journée, essentiel pour mon travail. Si les idées n'explosaient pas -c'était rare-, j'étais bien foutu. Je prenais la tasse chaude et bu une gorgée avec un petit rictus de dégout car oui c'était fort, mais oui il fallait que j'en prenne. Pas drogué de ce côté là pour moi, en tout cas. Pas drogué à rien du tout de toute façon, sauf à elle. J'avais renoncé aux bars depuis plus d'un an, après tout, cela ne servait qu'à chercher des filles et j'avais la mienne, et puis les drogues dures ne m'avaient jamais attiré. Je ne voulais pas être le cliché de l'artiste junky qui n'écrivait que des bonnes choses lorsqu'il n'en avait pas vraiment conscience,.

    SANAA « Et ta connerie, elle est sexy elle … ! T'es beau quand tu souris.T'es beau tout le temps.T'es beau même quand tu ris.Et qu'on voit tes dents.T'es beau quand tu rougis.T'es beau en toutes circonstances.T'es beau même quand tu fais une blague pourrie en plein dans un silence.T'es beau quand tu dors.T'es beau quand tu ronfles.T'es beau, c'est ça qu'est fort, Même quand tu m'gonfles.T'es beau mal réveillé.T'es beau et je te jure.Que t'es beau même quand t'as été coiffée par tes couvertures »

    Je rigolais, de ce son cristallin et doux, et reposais un peu ma tasse pour reprendre mon souffle. C'était un bien joli monologue qu'elle m'avait fait là, et je ne savais pas exactement comment y répondre. Si elle disait que j'étais beau tout le temps, très bien, je n'y croyais pas tellement mais j'étais touché de son attention. Et puis, elle avait une manière de s'exprimer cette petite, je l'adorais.

    CHASE « Et toi tu es belle mon ange, mais je ne pourrai décrire tous les états qui me font craquer chez toi. Et puis, je viens de me réveiller moi, il ne faut pas me faire réfléchir dès le matin, tu veux que je gaspille mon inspiration et que je me retrouve devant la page blanche plus tard ? T'es belle un point c'est tout et je t'aime. »

    Je rigolais doucement comme si j'avais dit quelque chose de drôle, autant rire tout le temps que de ne pas rire du tout, et reprenais un peu de gorgées du café que m'avait fait ma femme. Ma femme. Je m'y étais habitué, au fil du temps, à cette appellation .. Ou non. C'était assez étrange en fait. J'étais jeune, et quand on voyait mon alliance, tout de suite on me disait que je m'étais embarqué dans un truc qui ne devait pas être fait et que j'avais gâché mes années de fête. Ben, moi je disais juste fuck et ne répliquais pas, je ne pensais avoir rien gâché du tout. Au contraire, elle était ma muse, et sans elle, surement que je n'aurais jamais sorti autant de livres, et autant de bons livres, surtout. Je serais peut-être toujours à l'université à flirter avec plusieurs filles à la fois sans savoir vraiment ce que je faisais. Je lui étais reconnaissante pour tout, il fallait bien l'avouer.

    Je ne pensais pas la déconcerter avec ma question, après tout je n'avais pas mis les pieds dans le plat, mais elle parut un peu choquée. Cela me fit peur un instant, mais elle se reprit et je sentais dans sa voix qu'elle ne me mentait pas. Après plusieurs années ensemble, c'était fou ce qu'on pouvait détecter chez l'autre, mais je pensais que notre couple n'égalait pas les autres et que la connexion était doublement plus folle.

    SANAA « Si j'aime les enfants ... ! Je ne sais pas vraiment, j'ai vécu seul en tant que fille unique. Je ne connais qu'une seule enfant ma nièce Nancy. Alors franchement je ne sais pas quoi te répondre »

    Je restais silencieux quelques secondes, regardant vers le bas, me triturant les méninges pour trouver une phrase à dire, maintenant. Parce qu'elle ne m'avait pas répondu réellement, et je devais savoir, je voulais savoir, je .. je voulais quelque chose, oui, peut-être que je précipitais tout mais la certitude que c'était la chose à faire était tellement ancrée dans mon esprit que je ne pouvais plus m'arrêter de penser à ça. A chaque fois que je voyais un bébé dans une poussette, un enfant tenant la main de sa mère ou de son père, les magasins de jouets, les ours en peluche, bref, un peu tout .. J'étais dans ma période folle, je supposais.

    CHASE « Ce n'est pas une réponse ça. Tu me laisserais sur le flan comme ça ? Elle est gentille ta nièce Nancy au moins ? Il ne me semble pas l'avoir rencontré. »

    J'avais peur d'aborder le sujet, j'évitais, mais il fallait bien que j'y arrive, à un moment ou à un autre.

    CHASE « En fait Sanaa si je te demande ça c'est pour .. hm .. comment formuler ça. Si je t'avais dit, est-ce que tu aimerais avoir des enfants, surement que ça aurait été plus éloquent, mais je ne voulais pas te brusquer comme ça. Saches que je respecte tes choix et que je ne me vexerais pas de ce que tu pourrais me dire. En bref, je ne sais pas, je nous imagine .. Avec une petite fille, un petit garçon, n'importe, car je t'aime et que l'enfant est le « produit » de l'amour .. Non, je m'exprime mal, ah, que je suis bête, excuse moi .. »

___________________________________
CHASE & SANAA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanaa Jolie -  & ces amours ♥
avatarSanaa L. Donaldson
Sanaa Jolie - & ces amours

✗ En Messages : 189
✗ Ici depuis : 28/11/2009
✗ Ton Age : 24

En savoir plus sur moi
✗ Ce qu'il y a à dire sur moi:
✗ Dédicaces:

MessageSujet: Re: je t'en pris aime, dis a l'amour que tu m'aimes | Chase   Sam 20 Fév - 23:49

♀ + ♂ = ♥️

    Souvient toi de cette nuit, c´est la promesse de l´infini. C´est une promesse qui vient récompensée le courage de ceux qui ont affrontés seuls tant d´années. C´est la preuve de la confiance entre deux êtres qui est le fondement même de l´amour. C´est un effort de volontés pour oublier et s´affranchir des peines du passé. C´est un serment qui lie deux âmes à l´exclusion de toute autre. C´est le symbole d´un risque assumé et la reconnaissance des défis à venir. Car à deux on est toujours plus fort, comme un équipage soudé pour surmonter les tempêtes du destin. L´amour sera toujours la raison d´être des humains et la force qui guide leur vie. Le plus important ce n´est pas cette cérémonie, elle ne sert qu´à montrer aux yeux du monde des sentiments déjà existants et des promesses déjà sellées au plus profond du cœur des mariés. Je n'oublierais jamais cette phrase, je lui ai dit a notre deuxième mariage, enfin a notre renouvellement. A ce moment la, je devais ressembler a une adolescente, hystérique et heureuse surement. Enfaite, je pense que c'était une des seule fois, ou je me suis sentie entourée, comme en famille, une chose dont j'avais perdu l'habitude depuis longtemps, fille unique et mes deux parents qui sont restée a Brooklyn, je ne l'ai avais pas revu depuis un bon moment maintenant.

    Chase était mon premier véritable amour. Celui de qui je rêve, celui a qui je pense tout le temps, celui qui guète mes pensées, et celui qui a le pouvoir de me faire souffrir, de me faire pleurer et surtout de me détruire. Je n'imagine même plus une seconde ma vie sans lui. Quelque un jour ma dit : A ce moment précis, il y a 6 470 818 671 personnes sur terre, certaines doivent s'inquiète, certaines rentrent chez elle, d'autres mentent pour passer leurs journée tranquille, d'autres encore doivent affronter la vérité, certains sont des malfaisant en guerre contre le bien et certains autre sont bon, ils doivent combattre le mal. 6 000 000 000 milliards de personnes sur terre, 6 000 000 000 milliards d'âmes et parfois on aurait besoin que d'une seule. Il était devenue, la seule personne pour lequel je m'inquiétais, je mentait, je pleurais, je riait et surtout pour lequel je vivais. Il me manquait a chaque secondes, chaque minutes et chaque heure, j'avais trouvé la perle rare, celle pour qui je franchissait les étapes. J'aimais son rire cristallins qu'il faisait pendant un long silence, après une de mes paroles inutiles. Pour faire cours : je l'aimais, il était parfait, il était l'homme de ma vie.

    CHASE « Et toi tu es belle mon ange, mais je ne pourrai décrire tous les états qui me font craquer chez toi. Et puis, je viens de me réveiller moi, il ne faut pas me faire réfléchir dès le matin, tu veux que je gaspille mon inspiration et que je me retrouve devant la page blanche plus tard ? T'es belle un point c'est tout et je t'aime. »

    Je rigolais a mon tour e sa blague qui n'était pas marrante a vrai dire, je n'étais pas tout ce qu'il disait bien au contraire. Mais Chase venait de faire sa plus grosse erreur, il ne vivait que pour ces livres et j'en avait plus que marre, c'est vrai quoi ! Le pire dans tout sa c'est qu'il me compare a un livre, il ne me fait pas de compliment pour garder son inspiration pour ces fichues bouquins de pacotille. Je n'en revenais pas, le moins du monde, il avait osé. J'étais vraiment énervée.


    SANAA «  Qu'est ce que tu viens de dire ! Tu préfère réfléchir pour tes bouquins de pacotille que pour moi. Je n'arrive pas a y croire. »

    A ce moment précis, j'avais une envie phénoménale de lui en foutre une dont y se souviendrais toute sa vie mais j'avais décidé de rester soft. Je me levais du lit, ne pouvant rester a coté de lui sinon sa serait encore pire que le massacre de la saint Barthélemy. Je m'assit sur le mini canapé qu'on avait dans notre chambre, rouge comme le sang. Il est vrai que sa question m'avait un peu perturbé pendant quelques secondes, je n'avais vraiment pas su quoi répondre, c'était une question compliquée elle devait bien cacher quelque chose.

    CHASE « Ce n'est pas une réponse ça. Tu me laisserais sur le flan comme ça ? Elle est gentille ta nièce Nancy au moins ? Il ne me semble pas l'avoir rencontré. »

    Je le sais gros bêta que ce n'est pas une réponse. Mais comprenez que voulais vous que je réponde a une question comme ceci. Peut-être que moi aussi j'ai besoin d'inspiration. Il ne faut pas me faire réfléchir dés le matin - -'

    SANAA « Merci Chase, je sais très bien que ce n'est pas une réponse, je suis peut-être mannequin mais pas idiote. Oui Nancy est très gentille en même temps quand on voit sa tata rien de plus normal. C'est la fille de Noah mon cousin et je la connait que depuis quelque temps alors non tu ne l'as pas encore rencontré au cas ou tu aurais oublier, je ne voit plus ma famille, tout sa parce que j'ai voulu rester ici a San Francisco avec toi alors que tout mes amis, ma famille habite a New-York et tout sa pour que tu me disent que tu ne veux pas réfléchir pour moi mais pour tes bouquins. »

    Ma haine était totalement sortit, maintenant s'en était sur. Cependant, Chase toujours sur le lit affalé comme s'il n'avait pas dormit depuis des jours me regardait avec un air étrange, le même air qu'il prend quand il a peur et qu'il réfléchit en même temps, c'était assez étrange. Jusqu'au moment ou …


    CHASE « En fait Sanaa si je te demande ça c'est pour .. hm .. comment formuler ça. Si je t'avais dit, est-ce que tu aimerais avoir des enfants, surement que ça aurait été plus éloquent, mais je ne voulais pas te brusquer comme ça. Saches que je respecte tes choix et que je ne me vexerais pas de ce que tu pourrais me dire. En bref, je ne sais pas, je nous imagine .. Avec une petite fille, un petit garçon, n'importe, car je t'aime et que l'enfant est le « produit » de l'amour .. Non, je m'exprime mal, ah, que je suis bête, excuse moi .. »

    Pendant un instant je ne savais plus quoi dire mais je ne pouvais le laisser en plan après ce qu'il venait de me dire, alors le courage a deux main c'était a mon tour de parler.

    SANAA «  Oh... Des enfants avec moi … ! Chase, je t'aime tu sais et j'aimerais beaucoup avoir des enfant avec toi moi aussi mais franchement tu me vois en mère. Je serais une mauvaise mère, je n'ai jamais garder d'enfants, je ne sais pas comment on fait et je n'aurais pas le temps d'élever l'enfant avec mon métier. Un enfant c'est une chose sérieuse, il faut en être sur. Je ne veux pas d'un enfant qui est trimballée d'un jour a l'autre chez une nourrice. Aucun enfant ne voudrais d'une mère comme moi, déjà que personne ne veux de moi pour être marraine alors. Un silence se posait pendant quelque secondes. Non, Chase, tu n'es pas bête et même si tu l'es , tu es un sexy bête … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▌CHASE being flawless is itself a flaw
avatarChase A. Stewart
▌CHASE being flawless is itself a flaw

✗ En Messages : 377
✗ Ici depuis : 22/11/2009
✗ Ton Age : 28
✗ Ton Quartier : Forest Hill
✗ Mon Job : Célèbre écrivain de best sellers

En savoir plus sur moi
✗ Ce qu'il y a à dire sur moi:
✗ Dédicaces:

MessageSujet: Re: je t'en pris aime, dis a l'amour que tu m'aimes | Chase   Dim 21 Fév - 13:19

♀ + ♂ = ♥️

    Parfois, je me demandais si ma femme n'était pas folle. Oh non, pas littéralement, je voulais dire simplement, qu'elle pouvait passer de l'agressivité la plus totale à la tendresse ultime, et qu'elle semblait m'aimer avec une amplitude beaucoup plus grande que la mienne. Je l'aimais, point, que demander de plus ? Je pensais ressentir ce que toutes les personnes en couple ressentaient. Elle, semblait accrochée à moi comme par une épingle à nourrice entre nos nombrils, et j'avais parfois peur qu'elle soit un peu trop dépendante en ma personne. Peut-être était-ce un problème de mon égo, mais j'avais aussi remarqué qu'elle semblait que chaque moment que nous passions ensemble devait être dédié à nous deux, et que je ne pouvais pas m'occuper avec les choses que je faisais habituellement. Elle allait faire des défilés, j'écrivais, c'était nos métiers et elle n'avait pas à se rendre malade parce que je m'y consacrais avec ferveur, non ? Elle n'était pas logique. Nous avions des cerveaux totalement différents, et nous ne raisonnions pas de la même façon. Sanaa était un peu simplette, dans son genre, alors que j'avais l'art de me prendre la tête avec n'importe quoi. Elle était impulsive, j'étais réfléchi, nous nous complétions, en quelque sorte. Cela n'empêchait pas les disputes conjugales qui arrivaient bien trop souvent à mon goût, et pour des choses futiles, pratiquement toujours apportées par elle.

    Peut-être avais-je l'air cruel en disant cela, pourtant, dans mon esprit, c'était tout à fait logique et raisonnable. Je n'avais pas besoin de l'adorer outre limite, je n'avais pas besoin de penser à elle à chaque moment de mon existence, car ce genre de relation était malsaine. Toute dépendance était mauvaise, il fallait le dire, même la dépendance à la personne qui serait, en théorie, celle qui devrait passer toute la vie avec nous. Certains pensaient que l'amour était comme une drogue, je ne le pensais pas, car quand j'étais devant mon ordinateur et mon clavier et que je me mettais à écrire, je ne ressentais aucun symptôme de manque. Dès que je commençais à avoir des idées et que j'écrivais, je me rendais dans un autre monde méconnu des humains, un endroit paisible d'où personne ne pouvait m'enlever. Oui, Sanaa avait essayé, de nombreuses fois, de me décoller les doigts des touches de mon ordinateur, mais j'étais totalement déconnecté de la réalité. J'étais dans mon œuvre, dans mon livre, avec mes personnages, et ils comptaient au moment où j'écrivais comme n'importe quelle personne réelle. Je pleurais avec mes personnages, j'aimais avec mes personnages, je riais avec eux, et si on me filmait, surement que cela ferait un buzz sur youtube. Je devenais totalement cinglé quand j'écrivais, impossible de me demander même d'aller chercher du pain.

    SANAA « Qu'est ce que tu viens de dire ! Tu préfère réfléchir pour tes bouquins de pacotille que pour moi. Je n'arrive pas a y croire. »

    Je serrais les mains contre la couette. Et voilà, encore un épisode de jalousie contre mon ordinateur. J'aurais pu lui donner un nom, la personnaliser, mais non, je ne l'avais pas fait. Il fallait qu'elle se contente de ce que je lui donnais, car je ne pouvais faire plus. Mes bouquins de pacotille ? Je me levais brusquement et la regardais avec un air énervé. L'écriture était ma vie, elle devait le comprendre. Oui, je n'allai pas me fatiguer à la complimenter car cela ne servait absolument à rien, et il fallait qu'elle fasse avec, car je n'allai surement pas changer.

    CHASE « Si ça peut te rassurer, je n'entretiens pas de relation extra-conjuguale avec mon ordinateur, si c'est ce que tu veux dire. Tu entends bien des compliments toute la journée, je ne veux pas faire gonfler tes chevilles plus qu'elles ne le sont déjà. »

    Nous étions totalement à l'opposé, dans la pièce. Je jetais un regard à mon ordinateur portable, sur un bureau près du lit, car à chaque fois que je ressentais des émotions fortes, comme de la colère ou de la joie, j'avais plus d'inspiration. J'avais envie d'écrire et elle m'en empêchait .. Elle m'énervait réellement.

    SANAA « Merci Chase, je sais très bien que ce n'est pas une réponse, je suis peut-être mannequin mais pas idiote. Oui Nancy est très gentille en même temps quand on voit sa tata rien de plus normal. C'est la fille de Noah mon cousin et je la connait que depuis quelque temps alors non tu ne l'as pas encore rencontré au cas ou tu aurais oublier, je ne voit plus ma famille, tout sa parce que j'ai voulu rester ici a San Francisco avec toi alors que tout mes amis, ma famille habite a New-York et tout sa pour que tu me disent que tu ne veux pas réfléchir pour moi mais pour tes bouquins. »

    Je passais mes deux mains dans mes cheveux en soupirant. Je haïssais tout simplement les disputes, surtout quand Sanaa jouait sa petite enfant gâtée qui se plaignait d'un quelconque enfermement. Je ne l'empêchais de rien, elle n'avait qu'à aller à New York. Un billet d'avion ne nous ruinerait pas, au contraire, alors je répliquais immédiatement.

    CHASE « Si tu n'étais pas idiote, peut-être que tu arrêterais de t'attacher à moi comme un chien à son maitre et que tu ferais des choses, au lieu de me reprocher de ne pas te laisser les faire. Va à New York, fais ce que tu veux, je m'en fiche, puisque tu sais très bien que je ne peux m'occuper de rien quand j'écris. Sur ce coup là; je n'ai pas changé. Tu m'as pris comme j'étais, tu ne peux pas te rebeller encore une fois aujourd'hui, cela n'y changera rien. Désolé si je pense que le milieu de la littérature est plus important que les relations sociales, mais que veux-tu ? Je ne peux pas changer en un claquement de doigt, deal with it. »

    J'avais été pratiquement méchant avec elle mais j'étais énervé, et mes mains commençaient à trembler, comme pour m'obliger à aller taper sur l'ordinateur. Je m'aggripais à ma chemise et fronçais les sourcils, perdant cet air rêveur et joyeux que j'avais pu avoir au réveil. Il fallait toujours quelque chose pour tout gâcher !

    SANAA « Oh... Des enfants avec moi … ! Chase, je t'aime tu sais et j'aimerais beaucoup avoir des enfant avec toi moi aussi mais franchement tu me vois en mère. Je serais une mauvaise mère, je n'ai jamais garder d'enfants, je ne sais pas comment on fait et je n'aurais pas le temps d'élever l'enfant avec mon métier. Un enfant c'est une chose sérieuse, il faut en être sur. Je ne veux pas d'un enfant qui est trimballée d'un jour a l'autre chez une nourrice. Aucun enfant ne voudrais d'une mère comme moi, déjà que personne ne veux de moi pour être marraine alors. Un silence se posait pendant quelque secondes. Non, Chase, tu n'es pas bête et même si tu l'es , tu es un sexy bête … »

    J'étais trop énervé pour comprendre vraiment tout ce qu'elle me disait, j'en avais juste retenu qu'elle ne voulait pas d'enfant parce qu'elle se déplaçait trop souvent. Je riais nerveusement, et après elle se plaignait de ne pas pouvoir aller à new york voir ses amies ? Que j'étais trop obsédé par l'écriture ?

    CHASE « Tu m'accuses d'être trop pris dans mon travail et toi, tu penses que tu ne l'es pas ? Tu ne sacrifierais même pas les séances de shooting pour former une famille, je me demande quel genre de femme tu fais. Il est évident qu'en partant avec des arguments si négatifs, jamais nous n'arriverons à avoir un accord. Cela prouve à quel point tu es .. égoïste, voilà tout. Moi aussi, je le suis, parce que je ne me vois pas arrêter d'écrire pour m'occuper d'un petit bébé, mais alors ne va pas m'accuser d'une chose que tu fais toi même. Je déteste les hypocrites. »

___________________________________
CHASE & SANAA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: je t'en pris aime, dis a l'amour que tu m'aimes | Chase   

Revenir en haut Aller en bas
 

je t'en pris aime, dis a l'amour que tu m'aimes | Chase

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: San Francisco :: L'ouest de la ville :: Les habitations -